La sécurité routière s’appuie désormais sur la 3D

bannière_lidar

Ce n’est pas nouveau, nous le constatons depuis quelques années maintenant, la technologie investit le champ de la mobilité. En matière de sécurité routière, PARIFEX a fait le choix des capteurs LiDAR 3D afin de renforcer la fiabilité de ses systèmes de contrôle de vitesse. Explication avec Désiré Codo, directeur R&D de PARIFEX.

Le LiDAR 3D, l’outsider des radars de vitesse

Les capteurs LiDAR 3D génèrent des cartes 3D sous la forme d’un nuage de points offrant une précision au centimètre. Ils permettent notamment de détecter les objets, d’en déterminer la position et de les identifier. Cette capacité se révèlent être un vrai atout pour améliorer la qualité des systèmes de contrôle de vitesse et la fiabilité des informations qu’ils émettent. « Notre volonté d’intégrer le LiDAR 3D à nos solutions émane d’un besoin de l’un de nos clients, le ministère de l’Intérieur français, explique Désiré Codo, directeur R&D de PARIFEX. En effet, le ministère avait besoin d’un radar fixe avec un large champ de vision. C’est ainsi que PARIFEX a opté pour cette technologie car elle permet de détecter un champ de vision à 360 degrés, contrairement aux radars traditionnels qui  sont équipés d’un capteur avec champ de vision restreint. » Alors que la plupart des capteurs LiDAR 3D ont été conçus pour une utilisation en mouvement, notamment dans la NANO-CAM PARIFEXnavigation des véhicules autonomes, PARIFEX a fait le choix de détourner son usage premier, en l’intégrant dans ses systèmes de contrôle de vitesses à poste fixe intégrant les modèles NANO et NANO-CAM.

Son principe : l’auto alignement

Grâce à son installation en hauteur, le capteur LiDAR 3D est capable de cartographier l’environnement à 360 degrés, augmentant ainsi les performances de détection de l’espace. Pour Désiré Codo, « L’un des avantages majeurs de cette technologie réside dans la facilité de son installation. Etant donné sa capacité à quadriller l’environnement à 360 degrés, le capteur permet un protocole d’installation simplifié. Il n’a pas besoin d’être installé selon une orientation précise, opération généralement effectuée à l’aide d’un géomètre. » Alors que le calcul de la vitesse via un système de contrôle de vitesse classique dépend de sa bonne orientation, le principe d’auto alignement propre au LiDAR 3D permet non seulement une installation facilitée – donc un coût réduit -, mais également un contrôle fiable et incontestable.

LiDAR 3D versus caméra

« Les LiDAR 3D présentent de nombreux avantages par rapport à la caméra. Alors que la caméra restitue la réalité en deux dimensions sous forme d’images dont la qualité dépend de la luminosité ambiante, le LiDAR 3D fournit un nuage de points 3D dont la qualité reste la même de jour comme de nuit et même en conditions pluvieuses. L’autre avantage est la légèreté du nuage de points en comparaison avec une image issue d’une caméra de bonne résolution, ce qui fait du LIDAR 3D un candidat sérieux pour les solutions temps réels embarquées et compactes », explique le directeur R&D.  Grâce à son temps de traitement rapide, il permet ainsi une réactivité accrue et l’obtention d’informations en temps réel. En outre, il offre une modélisation plus précise et plus fiable du véhicule permettant ainsi qu’une meilleure classification des véhicules.

Classification et fusion des capteurs

Alors qu’une fusion de capteurs était jusqu’à présent nécessaires pour classifier les différents types de véhicules, seul le capteur LiDAR 3D suffit à détecter davantage de classes de véhicules, comme les véhicules légers, les poids lourds les deux-roues motorisées ou non, les piétons, etc. « Grâce au capteur unique, on supprime le risque de désynchronisation entre les capteurs, car toutes les données proviennent du même appareil. », précise Désiré Codo.

Nous contacter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Notre actualité

Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter

Contactez-nous

S’inscrire à la newsletter