Salon des maires 2021 : une édition placée sous le signe de la mobilité

Salon des maires 2021 : une édition placée sous le signe de la mobilité

Le rideau est tombé après trois jours bouillonnants au salon des maires et des collectivités locales 2021. Une édition attendue et riche en échanges entre les visiteurs et exposants venus des quatre coins de l’hexagone. Parmi les nombreux enjeux à venir pour les territoires, la mobilité et la sécurité ont notamment animé les débats. L’occasion d’échanger sur les moyens et solutions dont disposent les collectivités afin de renforcer la sécurité au cœur des villes.

Le pavillon 3 du parc des expositions de Porte de Versailles à Paris, dédié aux infrastructures et à la mobilité, était en effervescence du 16 au 18 novembre derniers, à l’occasion du Salon des maires et des collectivités locales. Nul doute en observant la foule de visiteurs arpentant les allées que la transformation territoriale est bel et bien est engagée. La ville de demain sera donc connectée, collaborative, participative, adaptée, sécurisée et tournée vers l’environnement.

La ville, en toute sécurité

Parmi les principaux enjeux, on retrouve notamment la sécurité. En centre-ville, dans les rues ou sur la route, les situations d’insécurité ne diminuent pas. La diversification des modes de déplacement, la vitesse, le partage de la voirie à des usagers de plus en plus nombreux, etc., sont autant de raisons qui conduisent à des situations dangereuses. Pourtant, la sécurité n’est plus une option. Si les villes veulent rester attractives, elles doivent offrir un cadre sûr à tous leurs citoyens, et ce de jour comme de nuit. Des Nano-Cam de PARIFEXsolutions conciliant fluidité du trafic et respect de l’environnement existent, comme le NOMAD, qui permet le contrôle de la vitesse, le franchissement du feu rouge ou du STOP, ou encore le Nano-Cam, en version mobile.

Quid de la loi LOM, la loi d’orientation des mobilités ?

Le ministère de la Transition écologique rappelle Loi LOM d'orientation des mobilitéssur son site web que « La loi d’orientation des mobilités a été publiée au Journal officiel le 26 décembre 2019. 

*Source lesoir.be

Cette loi transforme en profondeur la politique des mobilités, avec un objectif simple : des transports du quotidien à la fois plus faciles, moins coûteux et plus propres. » Parmi les avancées en termes de mobilité, elle prévoirait notamment la possibilité pour les collectivités d’installer leurs propres radars de vitesse. Une décision très attendue puisque l’on compte encore plus de 50 000 accidents, chaque année, sur les routes françaises. Réguler la vitesse, c’est réduire le risque d’accidents, maîtriser le trafic, mais également agir pour l’environnement en diminuant les émissions de carbone si l’on tient compte que la réduction de la vitesse de 20 km/h permettrait de diminuer de 10% les émissions de CO2*.

Dijon, ville modèle

Que l’on soit une petite collectivité ou une métropole de taille, une chose est sûre, les citoyens doivent être partie prenante de la transformation, non seulement parce qu’ils sont les premiers concernés par ces changements, mais surtout parce qu’ils doivent en être acteurs. 

C’est de cette façon que la ville de Dijon a conçu son plan de transformation pour un territoire intelligent et connecté. Bâtiments connectés, éclairage intelligents, flotte de bus à l’hydrogène, portail citoyen… la capitale bourguignonne a développé un projet global qui place l’humain au coeur de la transformation de la ville. Les citoyens deviennent les principaux acteurs du jeu en partageant avec la métropole et les milliers d’utilisateurs du portail les soucis du quotidien rencontrés à travers les rues de la ville. 

Nous contacter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter

Contactez-nous

S’inscrire à la newsletter