Citoyens et mobilité, shared mobility, enjeux environnementaux… tout ce qu’il faut retenir d’Autonomy Digital 2021

Le rideau est tombé sur Autonomy Digital 2021, le salon international des solutions de mobilité durable. Des milliers de professionnels de la mobilité se sont retrouvés en ligne afin de réfléchir sur la mobilité de demain et de partager les nombreuses politiques et bonnes pratiques déjà mises en place dans les villes du monde. Entre politique alliant citoyens et mobilité, énergies vertes, shared mobility… le changement en matière de transport, c’est maintenant. 

Adina Vălean, commissaire européenne aux Transports, et la stratégie européenne

Les transports sont essentiels à la société. C’est ainsi qu’Adina Vălean, commissaire européennes aux Transports, a lancé Autonomy Digital 2021. Face à la transformation de la mobilité, elle a rappelé la nécessité d’être encore plus ambitieux en matière de mobilité et d’adopter une stratégie solide. La pandémie ayant largement modifié les déplacements et notamment boosté l’utilisation des véhicules électriques et e-bikes, il est désormais nécessaire de capitaliser sur ces changements, explique la politique roumaine. La digitalisation des transports s’accélère et les usagers se tournent de plus en plus vers les shared mobility. La mobilité est d’ailleurs l’une des priorités de l’UE pour les dix prochaines années avec l’ambition de fournir un service automatisé, sûr, flexible et sécurisé. L’aspect environnemental est également au cœur de la stratégie afin de favoriser des modes de transport respectueux de l’environnement. Et les solutions sont vastes afin de décongestionner les villes et réduire les nombreux embouteillages qui contribuent au dérèglement climatique. Enfin, quelle que soit la stratégie locale adoptée, la commissaire a rappelé que la mobilité est l’affaire de tous et doit être facilitée à tous les usagers.

Louvain, main dans la main avec les citoyens

Louvain, située à l’est de la Belgique et réputée comme la capitale européenne de l’innovation, semble avoir trouvé la recette gagnante du changement en associant les citoyens à sa politique de transformation. Pour David Dessers, adjoint à la mobilité, les citoyens sont la clef de la réussite face à un changement d’une telle ampleur. La ville a d’ailleurs couplé sa politique de mobilité à celle du climat et de son objectif de réduction de CO2.

Pour cela, l’association Leuven 2030 a vu le jour et permet ainsi à la population de participer pleinement au dessin de la future ville. Les citoyens sont fréquemment invités à répondre à divers sondages afin de définir les modes de transports dont ils auront besoin demain. Intégrer les citoyens dans l’évolution de la mobilité et des transports au sein de la ville, c’est aussi le meilleur moyen de faire accepter les changements que va connaître la collectivité dans la prochaine décennie. Parmi ses objectifs, Louvain ambitionne de doubler le nombre d’utilisateurs de vélos. Celui-ci a d’ailleurs augmenté de 44% entre 2016 et 2019, alors que l’utilisation de la voiture a, pour sa part, baissé. La ville belge mise également sur un profond changement des comportements grâce à l’élargissement de la zone piétonne.

Le défi milanais de l’électrique

Milan dispose d’un vaste réseau de transport composé de lignes de métro, de bus, de trams, ou encore de trolleys. Face à l’enjeu environnemental, la ville a décidé de généraliser l’utilisation de véhicules électriques. Ainsi, 70% du parc est désormais alimenté en énergie verte, notamment produite par ses propres panneaux photovoltaïques implantés aux quatre coins de la ville. D’ici 2030, la ville ambitionne de passer au 100% électrique grâce au renouvellement de sa flotte de 1 200 bus, à la rénovation des dépôts et à l’installation d’infrastructures de chargement aux terminus.

Nous contacter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter

Contactez-nous

S’inscrire à la newsletter